LES CURÉS DE BERVILLER

Cette liste des curés de Berviller a été étable par M. le curé Juncker vers 1770. Pour cela M. Juncker a consulté les archives de l'évêché de Metz. Après sa mort en 1 792,cette liste a été continuée par ses successeurs jusqu'en 1820.
Pour pouvoir continuer et ne pas avoir d'interruption, M. le curé Brunagel a bien voulu nous donner la suite (d'après des archives de l'église).

ANNÉES            NOMS                                                OBSERVATION

1582                           BAUER  Henri                                                Trévirois
1582                           GUDERDING  Mathias                                Trévirois
1583                           KOPP  Pierre  
?                                 LIMBUR  Dominique 
?                                 GANDIN  Cornelius
?                                 RETHENHEIM
1612 - 1626                CASTELL Mathias ou KESSELIUS ou
                                                             encore KESSELER                 Il résigna sa nomination lors de son départ.
1624                           BAUER  Henry
1624                           WEISKIRCHER  Mathias
1624                           ALMARENSIS  Jean
1624 - 1632               KUELLER  Mathias
1632                           OEHL  Mathias ou EHL :  prêtre messin
1636                           AUTH  Jacob

1686                          ADAMY  Antoine         Il semble qu'il fut curé de Rémering de 1674 à 1708 et que Berviller                                                       en était une annexe. Le chanoine Morhain précise bien que le service est assuré                                                         par le curé de Rémering.
1697 - 1700               WEISTROFF  Philippe  mort à Varsberg en 1720. IL est dit en 1697 que la cure avait été                                                                vacante depuis plusieurs années. Le curé Weistroff était du diocèse de Metz.
?                                 QUIRIN  Melchior
?                                 TRITZ  Nicolas

1702                           MULLER  Pierre  mort en 1708. C'était un moine prémontré de Wadgassen qui était curé                                                           de Merten de 1695 à 1708. L'abbaye de Wadgassen détenait le droit de                                                                       patronage à Merten. Le 9 mai 1702, il obtint la permission de biner jusquà ce                                                             qu'il y ai un curé.

1708                           HUBERT   Dominique  ou HUVER : C'était un prémontré. C'était aussi un curé de Merten                                                        mais son ministère subit des interruptions.
                                                    Suivant les périodes, Berviller était, soit une annexe, soit administrée par la                                                                  paroisse de Merten. Cette binaison était due à la modicité des revenus de la cure                                                      de Merten.

1713 - 1757                  VALENTINI  Jean.  Il était luxembourgeois et mourut le 9 septembre 1757 à Berviller âgé                                                              de 73 ans. Il fut inhumé dans l'église. Il avait obtenu sa nomination pour 7 mois                                                          d'abord par Mme de Hausen, Rehlingen et d'Ahr. Lors de sa nomination on                                                                disait que la paroisse avait été vacante depuis plus d'un siècle.
                                                        Lors de la visite canonique de 1752, il fut constaté qu'il manquait beaucoup de                                                            chose mais l'église devait être en état puisqu'on n'en parlait pas. On réclamait                                                            la dorure de l'intérieur du calice, la fourniture d'un pied pour le ciboire sous                                                              peine d'interdit de ces objets dans les trois mois ; il fallait aussi prévoir une                                                                  chaire à prêcher,un confessionnal, des bancs dans la nef, un lutrin et des bancs                                                          du clergé. On demandait aussi la construction d'un ossuaire et de fermer le                                                                cimetière.

1757 - 1761                  SCHULTES Jean Chrisostome.  Egalement luxembourgeois, il avait été vicaire à Leyding                                                              en 745 et à Creutzwald en 1753. Mort le 12 août  1761 à Berviller, à l'âge de 48                                                            ans, il fut aussi inhumé dans l'église. Il est présenté par Adam Guillaume, baron                                                          de Hausen, seigneur de rehlingen et per Jeanne de Lalouette, veuve de Josepn,                                                          baron d'Ahr.
                                                        Lors de la proposition de SCHULTES à la cure de Berviller, le curé de                                                                          Bambiderstroff, archiprêtre, donna son avis disant qu'il était de santé fragile et                                                          de savoir réduit mais qu'il conviendrait parfaitement à une petite paroisse                                                                    comme Berviller puisqu'il était honnête.

1761 - 1793                  JUNCKER  Pierre.  Fils de de Théodore Juncker, maître d'école à Rémering de 1711à 1725                                                            et de Anne Madeleine Keller. Il avait été prêtre vicaire à Holling-Rémelfang                                                                avant de venir de venir à Berviller. Il avait aussi été vicaire à Longeville vers le                                                            8 août 1748. C'était un prêtre du diocèse de Metz.
                                                        C'est sans doute à l'instigation du curé que le commissaire enquêteur de la                                                                  visite canonique de 1778 nota dans son rapport : Exhortant les paroissiens                                                                  d'assister exactement aux instructions qui se font à l'église et de sanctifier les                                                                jours de dimanche et fêtes par des exercices de piété en s'abstenant de jeu et de                                                          cabaret.
                                                        Il jura la constitution civile du clergé et mourut en mai 1795 (21 germinal an III)

1792 - 1804                  LORRAIN  Pierre. Son ministère eut des interruptions dues à la Révolution et on trouvait                                                            pendant ses absences le nom d'autres prêtres réfractaires HAAS, CONTELLE,                                                            NEUMANN, WAGNER, SCHRAUB et CONDIN. L'abbé LORRAIN était né à                                                          Gaweistroff le 19 janvier 1755 et signait de ses divers titres : Prêtre de l'ordre de                                                          St Augustin de Sarrelouis, administrateur de Beaumarais, envoyé de l'évêché                                                              de rèves, prêtre missionnaire, administrateur de Berviller.

                                                        Il avait été curé constitutionnel de Villing le 25 septembre 1791 mais le curé                                                                  légitime,Pierre CABE ne lui avait pas laissé la place sans résistance. Il aurait été                                                          élu curé constitutionnel de Berviller du 8 juillet 1791 au 25 floréal II.

                                                       Le 14 mai 1794, il s'expatria dans le diocèse de Trèves pour échapper à un arrêt                                                           de Mallarmé déclarant les prêtres non-mariés dans l'illégalité. Sur sa demande                                                           de bénéficier de l'amnistie, il reçut d'abord une réponse négative du                                                                             département mais le 5 prairial de l'An VIII, le préfet de la Moselle admit la                                                                   légitimité des raisons de sa fuite et le raya de la liste des émigrés.

                                                       En 1797 il revint à Berviller comme administrateur. Enmai 1803, il était confirmé                                                         dans ses fonctions et ne quitta la paroisse qu'en août 1804 pour Schaffausen. Il                                                           mourut en 1841 à Pachten en Sarre.

                                     Notons qu'en 1789, Jacques HIRSCHAUER, prêtre né à Tromborn, avait à Berviller une                                           maison meublée, des terres, des prés et jardins. A l'âge de 51 ans, il demanda                                                             humblement en l'an X à profiter de l'amnistie. Il transféra son domicile de Hestroff à Metz                                         et le 6 prairial an X, il prêta serment devant le préfet de Moselle et fut amnistié le 18 nivôse                                       an XI, En 1810, il était desservant de Hestroff.

                                     Le 3 prairial XI, on citait CLEMENT comme desservant de Berviller avec Rémering                                                   comme annexe. L'église de Rémering était trop exiguë pour recevoir les paroissiens des                                           deux villages.                                                                        

1805 - 1812                  CURTE ou COURTE  Hyacinthe

                                                    A noter qu'un COURTE Jean Michel était administrateur de Falck de 1802 à                                                             1803, était-ce le même ? Le 28 messidor XII, on le disait vicaire à Berviller et il                                                           était accusé de pédophilie à Brettnach sur une fillette de 8 ans. Le 22 mars 1812, il                                                       présenta sa démission en se disant très atteint par les accusations et les attaques                                                         matériels de ses biens. Le 28 novembre 1812, le maire de Berviller écrivait que tout                                                     était calme dans sa commune et qu'il demandait un nouveau curé.

1812                              KESTENBACH  Nicolas qui se disait desservant de Merten.

1812- -1816                  BIREN  Michel. IL fut interdit le 18 octobre 1816. En 1814, le maire demandait le                                                                       changement du curé BIDEN dont la conduite est tellement à reprocher qu'ilest                                                           impossible de vivre avec lui et qu'il est urgent de le changer. on l'accusait                                                                     d'ivrognerie.

1816 - 1817                   JENTGEN  Thomas : Il quittera Berviller pour aller à Rémering.

1817 - 1823                  RICHARD  Jacques. En 1822, le curé se vit retirer 2 arpents de terre qui lui avaient été                                                               octryés en supplément et qu'il louait à des bourgeois. Il est probable qu'il                                                                   s'agissait d'une mesure de rétorsion de la famille Guersing contre le curé. Celle-                                                         ci cumulait les postes de maire, d'adjoint et de conseiller et elle tenait le cabaret                                                         du village alors que le curé Richard avait fait des remontrances aux jeunes qui                                                           fêtait le dimanche en buvant et en jouant aux cartes dans les cafés et faisaient                                                             aussi du tapage nocturne.

1823 - 1824                  STRAUFER  J. ou STRAUSSER
1824                             THIRY
1824 - 1852                 KAYSER  Jean Pierre.  Originaire de Puttelange les Cattenom, il décida à Berviller en                                                               1852 à l'âge de 52 ans et fut enterré au cimetière de Berviller.
1853 - 1855                 KOCH  Pierre
1855 - 1861                  PEIFFER  Jean ou PFEIFFER Pierre
1862 - 1865                 HACKSPIEL Joseph Etienne
1865 - 1871                  OSTER Pierre : Il était né à Haspelschiedt le 21/12/1831 de Oster Jean, tailleur d'habit et                                                           de Maginot Françoise.
1871 - 1901                   TURSCHER André Simon
1901 - 1905                  HECHINGER
1905 - 1919                  SCHWARTZ Henri : Il était encore cité en 1923.
1927 - 1933                  EBERHARDT Nicolas
1933 - 1946                 MULLER Jacques
1946 - 1967                 BRUNAGEL Henri :Le curé Brunagel décéda le 1 décembre 1986 dans sa 90e année à                                                              Reyersviller, son village natal.


ABBÉ HENRI BRUNAGEL


Textes extraits du Républicain Lorrain de 1983 et 1986.
Cliquez sur les textes pour les agrandir.

Abbé Jacques MULLER

Abbé René FERBER

Abbé Henri SCHWARTZ

Né à Kappelkinger le 24 juillet 1870

Ordonné prêtre à Metz le 18/7/1897

Vicaire à Grosbliderstroff le                                                             21/9/1897

Curé d'Amelécourt le 29/9/1899

Curé de Berviller le 25/8/1906

                                      pendant 13 ans

Curé de Bermering le 6/10/1919

Curé d'Achain le 22/8/1925

Retiré à Vatimont le 1/10/1938

Décédé à Metz-Ste-Blandine le                                                        2/7/1956

Inhumé à Vatimont le 5/7/1956



Abbé Joseph BERTIN

      L'abbé joseph Bertin est né à Berviller mais n'a jamais été curé de Berviller. Il y a sûrement célébré quelques messes lors de ses passages au village où habitaient ses parents. 
      Lorsque le cimetière et les pierres tombales ont été supprimés autour de l'église, l'abbé Bertin a fait exhumer la dépouille de sa mère pour la faire inhumer dans un caveau, au nouveau cimetière. Lorsque lui-même est décédé, il a été inhumé dans la tombe au côté de sa mère.