Les éoliennes de Berviller finiront par tourner

Où en est le projet de ferme éolienne de Berviller ? Les énormes moulins à vent tourneront-ils un jour ? Le projet était presque tombé dans l'oubli mais le voilà qui resurgit au grand jour et redevient d'actualité.

Le permis de construire : Il a été délivré à la " SARL Ferme éolienne de Berviller " le 26 mai 2008. Le délai de recours de 2 mois des tiers ainsi que le délai de recours administratif de 2 mois supplémentaires étant écoulé dans quelques jours, le permis sera purgé de tout recours et les démarches auprès des organismes financiers pourront débuter.
Présentation du projet : Le projet comporte 5 éoliennes. Il est l'aboutissement d'une recherche d'implantation qui a été petit à petit affinée, notamment avec les services d'instruction de la Moselle (DDE, DIREN, SDAP), afin de prendre en compte les multiples paramètres liés au terrain : sites patrimoniaux périphériques, cônes de perception, contraintes paysagères, accessibilité, etc. L'option retenue s'insère ainsi bien avec le relief général du site.
Une prévision de 2 300 heures par an à plein régime permettra aux 5 éoliennes tripales à vitesse lente de produire 23 millions de kWh/an, soit la consommation annuelle d'une ville de 10 000 habitants, hors chauffage.
La Régie municipale de Creutzwald souhaite acquérir l'ensemble du projet et son exploitation. Un câble souterrain de 20 000 volts devrait relier le parc éolien au poste de transformation de la régie.
Coût du projet : Le coût d'une éolienne est de 2,4 M€, soit 12 M€ pour les cinq. Le montant de l'investissement pour l'ensemble du projet avec ses infrastructures sera d'environ 18 M€. Le chiffre d'affaire annuel prévu sera de l'ordre de 1,8 M€. La taxe professionnelle versée est estimée à 91 000 € par an répartie entre la commune, le département et la région.
Calendrier prévisionnel : Un permis modificatif est actuellement présenté à la DDE pour des machines légèrement différentes de celles prévues mais cela ne devrait pas entraîner de retard. La seule question qui se pose actuellement est la production des machines. Le fournisseur suivra-t-il en production ? La demande est actuellement tellement grande dans le monde et les constructeurs trop peu nombreux pour répondre à cette demande.
Les travaux de génie civil pour la réalisation des infrastructures (accès, terrassement, raccordements etc.) ainsi que les ouvrages de fondation devraient commencer au cours du printemps. La mise en service des éoliennes proprement dites devrait se faire pour la fin de l'année 2009.
L'ensemble de ces renseignements nous ont été fournis par Monsieur Roger Moget, Directeur de la société SOLEMAT dont le siège se trouve au 21 rue de Villing à Berviller-en-Moselle. M. Moget prévoit aussi une réunion d'information dans la salle communale de Berviller pour renseigner toutes les personnes intéressées sur le déroulement des travaux avant le début de ceux-ci.

LES ÉOLIENNES EN CHIFFRES

Nombre d'éoliennes : 5

Puissance unitaire : 2 000 kW (2MW)
Puissance totale : 10 000 kW (10 MW)
Hauteur du mât : 100 m (max)
Diamètre du rotor : 90 m (max)
Hauteur max (bout de pale) : 145 m (max)
Vitesse de rotation : 9 - 18 tr/mn
Vitesse d'arrêt : 25 m/s (90km/h)
Tension de livraison du courant électrique au réseau national : 20 000 volts
Poids d'une éolienne : 300 - 350 tonnes
Dimensions des fondations (enterrées) : 15 x 15 m
Emprise au sol d'une éolienne : 30 m²
Durée de vie : environ 20 ans

Où en sont les éoliennes ?

Le projet éolien de Berviller arrive enfin en phase de réalisation. Les derniers contrats ont été finalisés tout récemment entre le développeur, la société ABO Wind, l'investisseur et futur exploitant du parc, la Régie municipale d'Electricité de Creutzwald et le constructeur des machines, Repower SAS.
Avec la Régie municipale d'Electricité de Creutzwald, le futur parc éolien a trouvé un exploitant et gérant bien connu et proche de la commune qui sera un interlocuteur compétent pour répondre aux questions relatives à la ferme éolienne tout au long de l'exploitation des éoliennes.
Ces dernières semaines, on a pu constater sur place l'activité du géomètre et actuellement une foreuse procède à des travaux d'étude de sol, nécessaires pour définir la dimension des fondations des machines. Le chantier débutera réellement vers le mois de juillet avec la réalisation des accès et des plateformes nécessaires au pied de chaque éolienne ainsi que l'enfouissement des câbles électriques.
L'installation des premières machines (éoliennes) est prévue pour le mois de septembre avec l'arrivée des convois exceptionnels qui achemineront sur le site les différents éléments (pales, sections de mât et nacelles).

Les travaux ont démaré

Depuis quelques semaines, les géomètres s'activent pour aborner les chemins d'accès vers les différents emplacements où se dresseront les gigantesques moulins à vent. Actuellement une énorme pelle creuse une tranchée de 1 m de profondeur dans laquelle seront posés les câbles qui conduiront le courant produit par les éoliennes jusqu'à Creutzwald. Bientôt commencera la ronde des camions transportant le laitier pour les chemins d'accès et le béton pour les socles des éoliennes.

Obus et casque trouvés

Les travaux préparatoires pour les éoliennes vont bon train. En creusant le fossé, chemin de la carrière, pour y poser des tuyaux afin d'élargir la route, la pelle mécanique a déterré un obus de 150 et un casque allemand. L'obus s'est fendu en deux morceaux dans le sens de la longueur et est totalement inoffensif. Le casque, rouillé et troué, n'a plus aucune valeur. Mais comment sont-ils arrivés là ?
Nous nous sommes renseignés auprès de monsieur Roger Bausch, un ancien de la commune. " En 1945, lorsque les Américains ont libéré Berviller, ils ont installé tout le long du " Längweg ", aujourd'hui " chemin de la carrière ", de nombreux canons. Ceux-ci étaient dirigés vers la frontière allemande et tous les soirs ils tiraient des salves à n'en plus finir vers les villes de la vallée de la Sarre. Quant au casque allemand, il devait représenter un trophée souvenir pour un soldat américain ; ils étaient friands de souvenirs. "
Avec tous les travaux qui vont avoir lieu dans les prochains mois sur le territoire de la commune, on risque d'avoir d'autres découvertes surprises.

Chemins d'accès forestiers

Pour arriver aux éoliennes 4 et 5, situées en forêt du Jungenwald et au lieudit " Langen Länge ", le chemin passera par la " Gouane ", les " Acht Morgen " et les bois du Jungenwald. Pour créer ce passage en forêt d'une largeur de 10 m sur 200 m de long environ, à travers la régénération où les arbres ont un diamètre entre 5 et 20 cm, c'est un énorme tracteur de 300 CV muni d'un broyeur forestier qui se charge du travail. Rien ne lui résiste et les arbres sont déchiquetés comme des fétus de paille. En une journée, l'engin, mené de main de maître par son chauffeur, a réalisé la trace sur laquelle sera réalisé le chemin. Dès le lendemain, un engin différent égalise le terrain pentu et en paliers pour permettre sa transformation en chemin carrossable.

Premier convoi exceptionnel

Les travaux préparatoires pour les éoliennes avancent à allure forcée. Ce matin, dès 5 heures, trois énormes camions transportant les cinq viroles pour les cinq éoliennes, sont déjà en attente à l'entrée du village. Les viroles sont des anneaux cylindriques de 4,60 m de diamètre, d'une hauteur de 2 m et d'une masse de 13 tonnes. Elles seront prises dans le béton des fondations et formeront la base des éoliennes.
À tour de rôle, les mastodontes passent à faible allure jusqu'à la place Saint Rémy et montent à reculons la rue de la frontière jusqu'au cimetière. Les chauffeurs sont obligés de faire preuve de dextérité au volant car certains endroits sont vraiment délicats à passer. Arrivés à destination, un gigantesque camion-grue à flèche télescopique les attend pour décharger les viroles et les déposer près des ateliers municipaux en attendant leur mise en place définitive.

C EXCEPTIONNEL

Les trois camions du convoi arrivé à Berviller le vendredi 17 juillet (voir notre édition du 19 juillet) étaient précédés de deux véhicules légers pour indiquer qu'il s'agissait bien d'un convoi exceptionnel. Sur les deux côtés de l'un d'eux on pouvait lire : " CONVOI EXEPTIONNEL ".
Pour un véhicule qui doit régulièrement annoncer un convoi exceptionnel, se déplacer avec une faute d'orthographe dans le mot " exceptionnel " sur ses deux flancs, c'est exceptionnel !
L'erreur nous ayant sauté aux yeux, nous l'avons fait remarquer au conducteur. " C'est très rare que quelqu'un remarque la faute, nous répond-il ; on m'a d'ailleurs fait une réduction de 150 € pour l'oubli du C. " Nous sommes bien d'accord avec lui : un " C " à 150 €, c'est vraiment exceptionnel !

Les travaux de construction du parc éolien vont bon train

Les travaux ont débuté au lieu dit " Hesselter par la mise en place du réseau électrique souterrain reliant le parc éolien au poste haute tension de Creutzwald. Cette opération s'effectue sous la responsabilité de la régie municipale de Creutzwald qui est également propriétaire du projet.
La construction de l'infrastructure routière et des plates-formes de grutage a été confiée par ABO Wind (le maître d'oeuvre du projet) à la société mosellane Altima (57282 Maizières les Metz). Ces opérations se dérouleront pendant les mois de juillet et août. Actuellement des dizaines de camions déversent journellement des centaines de tonnes de laitier pour réaliser les plates-formes et les accès à celles-ci.
En coordination avec Altima et pendant cette même période, la société BP Automation (70 000 Pusey) se chargera de l'installation des réseaux électriques et de fibres optiques situés entre les éoliennes ainsi que des sous stations électriques. Ces réseaux de câbles souterrains sont actuellement achevés. Ils ont été posés par une machine spéciale qui creuse la tranchée, pose les câbles et rebouche aussitôt la cavité derrière elle.
Depuis le début du mois d'août, la société OTE (38240 Meylan) se charge, quant à elle, de la construction des cinq massifs de fondation de 17,5 m de diamètre sur lesquels les premiers composants d'éoliennes seront installés dès la fin du mois de septembre. Les camions de béton se mêlent actuellement au ballet des camions de laitier pour réaliser les couches de propreté au fond des massifs de fondation.
La construction et la mise en service du parc éolien de Berviller génère actuellement et dans les mois à venir une circulation routière inhabituelle mais le temps est favorable aux travaux et ceux-ci sont en train de prendre de l'avance.

MARS ATTAQUE !

Quelles sont donc ces drôles d'objets posés au fond de profonds cratères en plein champ non loin du village ? On dirait des soucoupes volantes martiennes ! En approchant tout près du cratère, on constate qu'il s'agit des fondations et du ferraillage de la base des éoliennes qui se dresseront en ces lieux d'ici deux ou trois mois. Chaque fondation est formée d'un harmonieux enchevêtrement de barres de fer d'un poids total d'une trentaine de tonnes. Une vraie œuvre d'art !

La première est bétonnée

Mardi matin, 5 heures. La rue de Merten est réveillée par le vrombissement des premiers camions de béton qui montent à l'emplacement de l'éolienne N° 1. Par l'intermédiaire d'une énorme pompe, ils déversent leur chargement dans les fondations entourées d'un solide coffrage et contenant un ferraillage de 30 tonnes. 45 camions vont se succéder et vider chacun 8 mètres cubes dans le cratère. Vers 15 heures, le dernier camion est vide et les ouvriers finissent de lisser les 360 mètres cubes contenus dans les fondations.
La même opération va se répéter vendredi sur l'emplacement de l'éolienne N° 3 et les autres suivront la semaine prochaine.

La première soucoupe a atterri

Tôt le jeudi matin, sous une pluie battante, la grue a déposé la première virole sur les fondations de l'éolienne N° 1. Celle-ci est ensuite mise à niveau. Une tolérance maximum de 6 mm est autorisée entre 2 points opposés du diamètre de 4,60 m. Elle sera ensuite entourée d'un coffrage, et bétonnée sur les fondations. L'ensemble sera recouvert de terre de sorte que la totalité des fondations deviendra invisible. Seul le mât de l'éolienne sortira du sol.
(L'éolienne N°3 a été bétonnée le vendredi 3 septembre)

Les éoliennes arrivent

Leurs fondations étant totalement achevées, le montage des éoliennes proprement dit va débuter. Voici le calendrier de l'arrivée des différents éléments et les gênes occasionnées par leur transport.
La livraison des 9 pales des éoliennes 1, 2 et 3 se fera pendant la journée du vendredi 25 septembre. Neuf transporteurs avec chacun une pale de 41m de long monteront la rue de Merten à reculons pour tourner ensuite dans le chemin de la carrière. Du 1er au 10 octobre inclus, aura lieu la livraison des différents composants des éoliennes 1, 2 et 3. Pendant toutes ces journées, le stationnement sera totalement interdit (sur route et trottoir) dans la rue de Merten et le chemin de la carrière.
La livraison des 6 pales des éoliennes 4 et 5 se fera pendant la journée du mercredi 7 octobre et la livraison des composantes de ces 2 éoliennes se fera du 12 au 17 octobre inclus. Pour les éoliennes 4 et 5, les transporteurs passeront par les rues de Villing, la rue principale jusqu'à la place St Rémy et la rue de la frontière. Le stationnement sera totalement interdit dans ces rues (route et trottoirs) le 7 et dans la semaine du 12 au 17 octobre.
Il n'y aura pas de convoi simultané par les deux entrées du village qui restera accessible, à tout moment, aux véhicules prioritaires, aux autobus scolaires et aux marchants ambulants.

Les pales sont arrivées

Les composantes les plus encombrantes dans le transport par leur longueur de 41 m sont, sans nul doute, les pales des rotors. Ce sont donc elles qui vont arriver les premières sur les sites des éoliennes 1, 2 et 3. Neuf camions rallongés, transportant chacun une pale, vont se suivre à partir de 11heures.
Depuis 2 jours, plusieurs camions transportant des composants d'éoliennes ou des éléments de l'immense grue qui procédera au montage des gigantesques moulins, montent la rue de Merten, en marche avant ou en marche arrière, suivant leur longueur. Mais tout le monde attend les fameuses pales et il faudra attendre 11heures pour les voir arriver. Le premier attelage de 45 m de longueur entame la rue de Merten à reculons et aura valeur d'essai ; les autres attendent. La montée de la rue se fait sans encombre et au moment de tourner dans le chemin de la carrière, chacun se demande : " Passera, ne passera pas ? " La dextérité du chauffeur et de son aide qui téléguide les roues arrière, ont vite fait de démontrer que le virage se prendra sans trop de difficultés. Maintenant que l'essai du passage de la première pale a été concluant, les cinq suivantes passent à un rythme d'un camion tous les quarts d'heure. Les trois dernières, en attente dans les " Bedem " (commune de Villing), arriveront à leur tour dans l'après-midi.
À savoir :
Les pales sont fabriquées dans le nord de l'Allemagne à Lemwerder près de Bremen et sont arrivées par autoroute jusqu'à Sarrelouis.
Les composantes de la super-grue nous viennent d'Irlande par Calais. Elle sera capable de soulever une masse de 1200 t à 120 m de hauteur.
L'activité sur les sites des trois premières éoliennes va être très intense dans les prochains jours.

Les éléments de la première éolienne sont arrivés

Ce jeudi matin, dès 9h, les supers transporteurs se présentent à l'entrée de la rue de Merten avec les premiers éléments de l'éolienne N° 1. Après quelques difficultés d'embrayage pour le premier tracteur qui doit être remorqué par une énorme pelle de chantier, les camions montent la rue à reculons sans encombre. Comme pour les pales, le point critique est le carrefour avec le chemin de la frontière mais là aussi, la difficulté est vite maîtrisée et les camions montent jusqu'au site d'implantation.
Deux grues soulèvent simultanément l'énorme tube du mât. Pendant que la plus imposante monte lentement l'élément jusqu'à la verticale, la grue secondaire le maintient pour l'empêcher de balancer. L'un après l'autre les énormes fûts sont mis en place avec une extrême précision et une infinie " douceur ". Après la mise en place de chaque élément, on entend le bruit caractéristique des boulonneuses qui fixent solidement les tubes l'un à l'autre.
Beaucoup de curieux sont venus assister aux opérations et c'est une chance d'être aux premières loges pour assister à des travaux aussi impressionnants.

Quelques données techniques : hauteur d'un mât : 100 m (5 éléments de 20 m environ) ; longueur d'une pale : 41 m ; poids d'une pale : 8,5 t ; poids du hub (tête) : 14 t ; poids de la nacelle : 64 t ; poids d'un élément du mât : entre 30 et 72 t ; poids total d'une éolienne : environ 350 t ; poids des fondations : entre 700 et 800 t.

Et d'une !

Vendredi, 2 octobre. Les derniers éléments de l'éolienne N°1 sont montés et assemblés. À midi, elle a atteint une hauteur de 100 mètres et une heure après, la nacelle est en place en haut du mât. Le plus intéressant pour les nombreux spectateurs restait à venir. Au sol, les trois pales sont fixées l'une après l'autre, toujours avec la même précision dans les gestes et les manipulations, sur le hub (le nez). L'ensemble du rotor achevé (pales + hub) est accroché à la grue géante qui commence à lever le tout, lentement mais sûrement jusqu'à la nacelle, aidée au début, par la grue secondaire qui maintient l'une des pales. Les deux autres sont maintenues tout au long de la montée du rotor par plusieurs manutentionnaires à l'aide de longues cordes pour qu'il ne se mette pas à tourner sous le vent. À 100 m de hauteur, le rotor vient se placer devant la nacelle où trois spécialistes qui n'ont assurément pas le vertige, le boulonnent comme dans un jeu de mécano. Tous les spectateurs au sol sont admiratifs devant le savoir-faire de tous ces artistes de la construction éolienne.
Le montage de la première est terminé et elle sera bientôt prête à prendre le vent. Reste à réaliser toutes les connexions électriques, ce qui n'est pas une mince affaire.
Bon vent à la une !
Donnée technique : En cas de vent supérieur à 10 m/s, soit 36 km/h, les travaux de montage sont interrompus.

Les écoliers de Berviller ont assisté au montage de la première éolienne

La dernière éolienne est terminée

Pendant la matinée du vendredi 16 octobre, les 5 éléments de son mât arrivent et stationnent dans la vallée de la Gouane, en attente. Samedi matin les 3 premiers éléments sont montés en pleine forêt du Jungenwald puis le vent trop fort, empêche la pose des derniers.
Tôt le lundi matin, les deux derniers éléments sont placés et la nacelle est arrimée à son tour. Dès midi les pâles sont fixées au hub avec un peu de difficulté à cause du manque de place et des arbres proches. Une fois de plus, la dextérité des grutiers surmontera tous ces obstacles et la montée du rotor vers le sommet pourra commencer.
Pendant que les manutentionnaires immobilisent les pales par de longues cordes, le rotor s'élève lentement vers la nacelle où il vient s'adapter sans autres difficultés. Voilà la cinquième et dernière éolienne achevée.

Montage et démontage de la grande grue

Quelques belles photos des éoliennes